• Sortir du surendettement : la confession d’une lectrice !

    Publié le par dans Finances personnelles | 21 Commentaires |
    • Facebook32
    • Twitter0
    • Google+0

    Cet article est un article invité rédigé par Brigitte Simon du blog Brigitte Simon Sports et Nutrition. Brigitte est une lectrice du blog qui tient à partager avec vous son expérience à propos du surendettement. Alors, pouvez-vous sortir du surendettement ? Faut-il avoir peur du surendettement ? Je laisse la place à Brigitte, bonne lecture à tous ! 

    N’ayez pas peur du surendettement !

    Au début, il y a le simple endettement, un grand classique de la société occidentale de la fin du XXème siècle.

    On s’endette pour acheter sa première voiture, sa première maison, les meubles et l’électroménager qui vont avec, son premier ordinateur, sa première télé, sa première play-station, son premier grand voyage au bout du monde…

    On s’endette pour se payer un grand mariage, de beaux vêtements et les chaussures qui vont avec, des grands restaurants, des beaux bijoux, etc., etc.…

    On s’endette pour payer les études de ses enfants.

    On s’endette pour créer sa première entreprise.

    On s’endette, on s’endette, et un jour…

    On ne peut plus rembourser. C’est le surendettement !

    Comment sortir du surendettement

    Connaissez-vous quelqu’un de surendetté ?

    Un surendetté est une personne comme vous et moi qui ne peut plus faire face à ses remboursements. Personne n’est à l’abri. Un accident de la vie en est souvent la cause. Perte d’un emploi, maladie, décès d’un proche, droits de succession, divorce, dépression, les raisons sont multiples et souvent concomitantes.

    Quand on a épuisé les solutions de rachat de crédit, de vente d’un bien quand on en a un, de souscription à un autre financement pour aider à rembourser ses premières dettes à condition de ne pas être fiché Banque de France, quand on a cassé son plan d’épargne logement et celui de ses enfants, son plan retraite et son assurance-vie pas toujours récupérable rapidement, la spirale infernale est enclenchée. Vous pouvez vous déclaré SURENDETTÉ.

    Accepter le surendettement

    Pas toujours facile ! On a longtemps le sentiment que l’on va s’en sortir, que nous ne sommes pas programmés pour vivre ce genre de situation et qu’il y a forcément une solution. Alors on attend, on tend le dos, on fait l’autruche car après tout, tant qu’on a un toit sur la tête et de quoi manger, se serrer la ceinture, ne plus partir en vacances, moins consommer, stopper nos loisirs, ce n’est pas si grave que ça.

    Et c’est vrai quand on y pense. Seulement les mois passent et si vous ne gagnez pas plus, la situation continue de se dégrader…

    Jusqu’au jour où vous ne pouvez plus payer votre loyer, jusqu’au jour où chaque facture même modeste reste impayée, jusqu’au jour où les huissiers vous harcèlent en vous sommant de rembourser «l’irremboursable». Ce n’est pas que vous ne voulez pas, c’est juste que vous ne pouvez pas.

    La banque vous a, au mieux réduit votre découvert bancaire, supprimé votre carte de crédit à débit différé, au pire vous a interdit de chéquier puisque vous avez fait des chèques sans provision, normal, (même si c’était juste pour faire un plein de courses alimentaires). Elle rejette une fois sur deux vos prélèvements mensuels de mutuelle, de téléphone, de gaz et d’électricité, sans compter les frais énormes qui vous sont facturés pour chaque intervention alors que vous êtes en pleine détresse financière.

    Vous n’avez plus d’argent mais la banque vous fait quand même payer votre extrême précarité vous enfonçant inexorablement dans la spirale du surendettement. C’est une histoire sans fin car le peu d’argent qu’il vous reste, c’est la banque qui le prélève à son profit en toute impunité.

    Alors vous ne regardez plus vos comptes bancaires, à quoi bon gérer l’ingérable !

    Vous n’osez plus aller parler à votre banquier de vos difficultés. Vous n’ouvrez plus votre courrier et vos factures restent lettres mortes. Vous ne répondez plus aux appels téléphoniques de numéros inconnus, ni à votre messagerie. Vous n’ouvrez même plus quand quelqu’un sonne à votre porte. Vous vous isolez. Vous vous enfermez et chaque fois que vous mettez un pied dehors vous vous demandez si le mendiant du coin de la rue, ça ne sera pas vous demain…

    Et vous avez honte. Honte de ne plus pouvoir assumer votre famille, honte d’être le 10 de chaque mois en rupture de paiement, honte de ne pouvoir jouir comme avant d’une sécurité financière, honte de devoir refuser les invitations parce que vous ne pourrez pas les rendre, honte de devoir faire semblant que tout va bien, honte de devoir finalement demander de l’aide : à votre famille, à vos amis, à l’administration qui vous parle de RSA, d’aide au logement, d’assistance sociale, de cmu.

    Et vous avez surtout honte de vous-même !

    Connaissez-vous quelqu’un qui a honte de lui-même parce qu’il est surendetté ?

    J’ai eu honte de moi-même pour toutes les raisons que je viens d’évoquer. Je suis une surendettée mais je me soigne !

    Et l’ordonnance est simple : « accepter la situation et se faire aider ».

    Il n’est pas honteux de devoir de l’argent, il n’est pas honteux d’être en proie à des difficultés financières, il n’est pas honteux de ne plus faire face, il n’est pas honteux de demander de l’aide, il n’est pas honteux de parler de ses problèmes, il n’est pas honteux d’avouer son impuissance et son incapacité à sortir de cette spirale infernale qu’est le surendettement. Nous ne sommes pas les premiers et ne seront pas les derniers. Il y a une vie après cette faillite personnelle.

    Et il y a surtout une décision à prendre :

    Se déclarer SURENDETTÉ.

    Personne ne peut la prendre à votre place.

    Sortir du surendettement, quelle démarche administrative ?

    Le premier pas est d’aller chercher votre dossier de surendettement à la Banque de France. N’ayez pas peur. S’il faut montrer patte blanche avant de rentrer, il ne vous sera rien demandé hormis votre carte d’identité. Les dossiers sont à votre disposition en libre accès. Et vous repartirez aussi simplement que vous y êtes entré.

    C’est d’ailleurs tellement simple que vous vous demanderez pourquoi vous avez tant hésité à y aller. Mais ne vous emballez pas, les choses vont quand même se compliquer car ce fameux dossier que vous avez réussi à ramener chez vous, c’est une vraie « usine à gaz ». Alors, pas d’affolement…

    Prenez votre temps. Le temps de le lire et de le relire et surtout ne vous découragez pas au vu de tous les renseignements et justificatifs demandés.

    Votre situation de surendettement ne participe pas à un confort psychologique rassurant. Vous doutez de tout et surtout de vous-mêmes et donc de votre capacité à remplir les cases de chiffres qui vous terrifient depuis des mois et les ajouter les uns après les autres ne va pas calmer votre terreur.

    J’ai mis trois semaines à le remplir et à compiler les pièces à joindre au dossier. A peine ouvert, je l’ai refermé me disant que je n’y arriverai pas. Et de me trouver des excuses : impossible de retrouver tous les montants et justificatifs, impossible de ne rien oublier, impossible, impossible, impossible…

    Et puis j’ai décidé de faire une chose à la fois : un petit pas chaque jour, une page à remplir chaque jour… Et finalement j’y suis arrivée sachant pertinemment qu’il manquait quelques pièces, que certains chiffres étaient imprécis notamment au niveau des taux d’intérêts des prêts de financement. Mais quand on a plus rien à perdre, il nous reste un zeste d’insouciance qui nous pousse à signer notre déclaration sur l’honneur que tous ces chiffres sont justes, pièces justificatives à l’appui.

    Donc retour au guichet de la Banque de France. Vous êtes en terrain connu puisque c’est la deuxième fois que vous y venez et vous attendez d’être reçu pour vérifier simplement le contenu de votre dossier. On vous signale alors que vous recevrez une lettre attestant du dépôt et que vous serez averti de sa recevabilité dans les trois semaines.

    Si votre dossier a reçu un avis favorable de la commission de surendettement, c’est la suspension provisoire de votre statut de «délinquant» face à l’administration fiscale, aux banques, aux huissiers ou autres sociétés de recouvrement.

    Vos dettes sont gelées dans l’attente d’un moratoire de remboursement qu’accepteront ou pas les différents créanciers. En cas de litige, le tribunal d’instance statuera sur la recevabilité de la décision de la commission de surendettement. Ces quelques péripéties peuvent prendre plusieurs mois mais le plus important c’est que le harcèlement financier va s’apaiser et que vous pouvez de nouveau respirer.

    En guise de conclusion sur le surendettement :

    Si vous connaissez quelqu’un de surendetté, dites-lui de ne pas attendre, de ne pas avoir honte, de franchir le seuil de la Banque de France et de déposer son dossier de surendettement car ce n’est qu’à ce prix qu’il se délivrera de cette spirale infernale de l’endettement et retrouvera pas à pas, jour après jour, le sentiment de dignité qu’il a le droit et le devoir de ressentir pour rebondir et reconstruire sa vie et continuer son chemin vers des lendemains plus cléments et de redevenir patron de sa vie.

    Cet article est un article invité rédigé par Brigitte Simon du blog Brigitte Simon Sports et Nutrition. Brigitte est une lectrice du blog qui a tenu à partager avec vous son expérience à propos du surendettement.

    Partagez avec vos proches si vous avez aimé :

    • Facebook32
    • Twitter0
    • Google+0

    21 commentaires ont été rédigés, ajoutez le votre.

    1. Cedric
      Publié dans 14 mai 2014 le 16:38

      Tu dis que l’on est surendetté parce qu’on accumule les crédits pour pouvoir s’acheter les choses de notre société de consommation…mais ce n’est pas seulement ça : on peut se retrouver surendetté simplement parce que nos ressources sont largement insuffisantes !

      C’est mon cas : depuis août 2012, je suis à l’ASS (466€/mois) et je ne peux plus faire face à mes charges parce que l’Etat ne respecte pas ses obligations inscrites dans la Constitution et la Déclaration des droits de l’Homme qui dit que la collectivité doit verser à chaque citoyen un revenu décent pour vivre et prendre en charge les personnes qui sont dans l’incapacité de travailler (art.25 de la Declaration universel des droits de l’Homme de 1948 et Préambule de la Constitution de 1946)

      C’est pourquoi je cherche un avocat pour trainer l’Etat en Justice devant la Cour Européenne des droits de l’Homme et faire respecter mes droits bafoués.

      • Belrix
        Publié dans 23 avril 2015 le 22:48

        Bonjour,

        Très émouvant votre article…
        On sent bien le vécu. Pour sortir du surendettement, il faut comme vous l’avez regarder la vérité en face et accepter. Ce n’est pas facile, mais ce n’est pas en fermant les yeux qu’on pourra s’en sortir.
        Puis trier ses dépenses en 3 catégories : essentiels, dettes et superflus.. Renégocier les dettes, supprimer le superflu et vérifier que vos revenus couvrent l’essentiel (maison, alimentation, habit)
        Ensuite, on peut imaginer des solutions pour augmenter les revenus.

        A bientôt,
        Belrix

    2. CARCREFF
      Publié dans 20 août 2014 le 10:01

      j ‘ai une dettes de 20000 euros et la je ne pourri pas payer tout monde quelle solution m apporteriez vous ,je suis fiché et je souhaiterai regler ce que je dois dans un plan de refinaancement sur 96 mois cela me permettrai de vivre

      • Publié dans 21 août 2014 le 14:46

        Bonjour,

        Il n’y a pas de solution miracle. Adoptez la technique des petits pas. Remboursez chaque mois une partie de votre dette. Au bout d’un certain temps, en y allant petit à petit, vous finirez par rembourser votre dette.

    3. Fabienne
      Publié dans 26 octobre 2014 le 12:03

      Bonjour,
      Je viens de lire votre article et je me suis reconnue dans votre témoignage. J’ai déposé mon dossier de surendettement. Un plan vient de m’être proposé que je ne peux refuser car sinon vente de ma maison. Et là l’angoisse recommence. J’ai beau aligner les chiffres, sortir la calculette, regarder ce que je peux réduire, je me rends compte que je n’y arriverai pas : il y a les impôts qui immanquablement seront à payer sinon saisie sur ma retraite et cela malgré le plan de surendettement. Et quand les comptes sont faits je n’ai plus même 10€ pour manger. Il y a la solution de vendre ma maison mais de nouveau j’aurais un loyer à payer et compte tenu de ma retraite qui est supérieure au plafond je ne peux prétendre à un logement dit social. Ce qui veut dire propriétaire privé, loyer exorbitant. Je me retrouve donc dans la spirale infernale et à 67ans, il est difficile d’envisager la moindre reprise d’activité. Que faire?
      Je suis convaincue qu’il est impossible de se sortir du surendettement.
      Merci de m’avoir lue. En fait, je ne sais à qui me confier .
      .

      • Cedric
        Publié dans 29 octobre 2014 le 08:19

        Fabienne, je veux vous dire que vous pouvez demander à être exonérée d’impôts compte tenu de vos difficultés, il suffit de faire un courrier au Trésor Public avec vos justificatifs en invoquant l’art .L.247 du livre des procédures fiscales dans le code general des impôts. Lisez donc mon article dédié :

    4. Cedric
      Publié dans 29 octobre 2014 le 08:14

      Pour eviter le racket inadmissible des banques qui enfoncent les gens en difficulté dans des situations encore plus compliquées, il existe désormais une alternative : le compte Nickel ! C’est le 1er compte…sans banque, puisqu’il s’ouvre chez un buraliste. (Le coffret renferme une carte bancaire, mais pas de découvert ni de chéquier possible) il coûte 20 euros. Et il est accessible même aux interdits bancaires ! Rendez-vous sur http://compte-nickel.fr

      • Nachacha
        Publié dans 27 décembre 2015 le 23:03

        Bonjour, jai opte comme vous dites pour le compte nickel que j ai decouvert il y a qq mois. Et il me sauve la vie! Je demarre le mois au positif chaque mois, finit les decouverts et tanpis pour le chequier. je conseille le compte nickel a tous. Jai fait faut bon a ma banque et n echapperait pas au dossier de surendettement mais ca m a permis de limiter la casse, de disposer de mon salaire pour nourrir mes gosses quand l entreprise de mon mari a sombre, sans etre otage de mon banquier et de ses frais qui m ont coute un bras. je ne remettrai mon argent a la banque pour rien au monde

        Répondre
    5. Christophe Carlier
      Publié dans 6 février 2015 le 18:23

      Je vous remercie de ce partage. Je suis certain qu’il y a beaucoup de personnes qui trouvent votre blog très informatif. L’endettement est un sujet assez sérieux et nous devons aborder ce probleme. J’ai un ami qui n’arrive pas se sortir de l’endettement. Pourtant, avec les étapes et conseils que vous avez donnés, il est simple. Il faut juste avoir la maitrise de soi. Comme vous dites, il faut l’accepter et puis faire ce qui est nécessaire pour s’en sortir. Merci !
      -Chris | http://www.langlois-associe.com

    6. milca
      Publié dans 12 février 2015 le 10:57

      C’est dingue j’ai eu l’impression de lire ce que j’aurais pu écrire.
      Je me bats mais je suis épuisée. Célibataire, bientôt 40 ans, j’ai voulu une petite maison dont le remboursement ne dépassait pas mon loyer d’avant. Mais voilà je n’ai pas compté sur les dépassements de travaux et sur un ami peut scrupuleux.
      Je suis malheureuse. Je ne sais pas quoi faire. D’autant que l’isolement me pèse comme vous l’avez expliquer et la honte d’être aussi misérable.
      J’ai un travail auquel je m’accroche, une vie culturelle (qui ne coûte rien) qui me permet de souffler parfois.
      Mais mes idées noires me rattrapent… je ne veux pas avoir à vendre une maison pour lequel j’ai tant sacrifié depuis trois ans. Il ne me manque pas grand chose … juste que la banque HSBC fasse son taf avec moi et me permette de me rétablir tout simplement
      J’ai si peur

    7. Camille Guerrier
      Publié dans 25 février 2015 le 18:41

      Je vous remercie de ce partage d’information. Il y a beaucoup de personnes qui ont trop de dette et ils ont besoin de savoir comment s’en sortir. On doit prendre nos l’argent et nos factures au serieux parce qu’on ne voudrait pas tomber dans la dette. C’est vrai qu’il y a de personnes qui ont honte parce qu’ils sont surendettés. Mais comme vous dites, il faut l’accepter et faire quelques changements avec l’argent qu’on reçoit. Merci encore !
      -Camille | http://www.rmrsyndics.com

    8. DOMONT JEAN MARIE
      Publié dans 11 mai 2015 le 16:01

      Bonjour,

      Je recherche un conseiller financier qui veut m’aider à sortir de la commission de surendettement ( reste 17 mois de 350 euros à payer) car je suis en instance de divorce et j’ai besoin d’aide financière pour payer ce divorce en consentement mutuel.et j’ai pas le droit de faire de crédit.

      Cordialement
      JM domont

      • corinne
        Publié dans 7 octobre 2015 le 22:46

        bonsoir
        vous avez le droit a l’aide juridictionnelle demander a votre avocat ça vous permettra de vous défendre (pour votre divorce ) gratuitement pas de raison qu’on ne vous l’accorde pas
        cordialement

    9. Cédric
      Publié dans 2 juin 2015 le 08:09

      Le surendettement est une plaie de notre temps ! En même temps, la société pousse à ça, puisqu’elle ne veut pas rémunérer correctement les individus, ne leur laissant que le choix de s’endetter pour maintenir leur niveau de vie…

      Je viens d’écrire un article pour faire la promotion du revenu de base, qui est, à ma connaissance, la seul véritable solution qui permettrait d’éradiquer la pauvreté et la peur de l’avenir.

      Tenir son budget pour éviter le surendettement est certes indispensable, mais loin d’être suffisant. Bien sûr, il faut savoir résister aux convoitises de cette société, mais il faudrait surtout donner un vrai revenu complémentaire ou bien une rente aux gens afin d’accéder à l’indépendance financière à terme…

      Cela tombe bien : lisez donc cet article sur mon blog : http://lc.cx/ZU5W

      C’est un business en ligne très simple à comprendre, et qui vous permettra, si vous êtes disposé à investir au départ, de devenir financièrement indépendant et donc de sortir définitivement du surendettement.

    10. Le Bourg
      Publié dans 12 octobre 2015 le 13:29

      Grand merci de ce témoignage subtil qu’à l’instar des autres internautes, j’aurai pu écrire. Voici le mien :

      Effectivement, je ne peux admettre l’indicible et suis certainement dans le déni. La situation que nous subissons ma famille et moi-même doit se nommer le « surendettement ».

      Mais comment admettre ce qui n’aurait jamais du arriver. Pourtant toutes les précautions avaient été prises. Nous nous retrouvons avec une dette fiscale de 24000 € auquel nous ne pouvons faire face et des crédits en cours dont les échéances sont de plus en plus difficiles à honorer.

      Pourtant ce surendettement n’est pas lié à d’excessifs crédits à la consommation ou une quelconque addiction. Nous n’avons emprunté que pour l’achat de notre maison en 2005 et des travaux y afférents en 2009. Notre démarche avait été responsable nous semblait t’il : prise en considération de toutes nos charges y compris fiscales sur justificatifs, calcul du reste à vivre, mensualités inférieures à 33.33% du revenu etc.

      Comment prévoir que nos impôts allaient plus que doubler pour une rémunération moindre, cela n’était pas prévu dans notre budget. Puis que mon mari allait perdre son emploi après 20 ans de boite suite à la liquidation judiciaire de son employeur et ce que cela comprend. Enfin qu’il ne retrouverait pas de travail équivalent, hélas trop âgé pour les critères du monde informatique qui est le sien. Il n’est plus qu’un « outsider ».

      Nous sommes aujourd’hui harcelés par le fisc : ATD, saisies … et vivons des situations dégradantes partagées par nombre de surendettés. Pourtant, bon contribuable pendant plus de 20 ans, c’est l’administration de mon pays qui nous a paupérisés et nous plonge dans la précarité.
      Ce n’est pas que nous ne voulons plus payer c’est que nous ne le pouvons plus.

      A rajouter à cela le coût humain, nous avons deux enfants dont nous essayons de préserver le quotidien et d’insécuriser le moins possible. Mais l’aîné vient d’entrer en prépa, quid de la facture d’internat ? Le dernier ATD de septembre ne nous a rien laissé.

      Pousser la porte de la banque de France, c’est effectivement reconnaître l’existence du problème mais aussi la reconnaissance de ce dernier comment étant de sa responsabilité. Par ailleurs n’est ce pas abandonner l’espoir du retour à « meilleures fortunes ». Un dossier de surendettement engendre une inscription au FICP, des contraintes entraînant le renoncement à nos projets et peut être même la vente de notre maison dans contexte de crise immobilière. Nous y perdrions l’investissement de toute une vie. Le remède ne serait-il pas ici pire que le mal.

      • Cedric
        Publié dans 28 octobre 2015 le 18:31

        Je compatis a votre situation et je comprend votre colère : c’est bien souvent l’Etat et les Banques qui sont une véritable mafia qui enfoncent les gens dans les difficultés, et cela est inadmissible !

        Un conseil : pour éviter les saisies sur votre compte, ouvrez un compte nickel chez un buraliste avec juste une pièce d’identité, un justificatif de domicile et 20 euros. Même les interdits bancaires peuvent le faire !

        L’Etat ne pourra pas faire de saisie sur votre compte nickel, au pire, achetez-vous une carte prépayée comme la carte PCS ( disponible chez les buralistes la aussi) et mettez-y vos revenus a l’abri : l’Etat ne pourra pas venir vous dépouiller !

        Quoi qu’il en soit, il faut vous faire aider par une association de consommateurs qui vous aidera a monter votre dossier de surendettement et ainsi vous protéger contre toutes poursuites et saisies des créanciers…

        • Nachacha
          Publié dans 27 décembre 2015 le 23:17

          Comme je vous comprends moi aussi, mon mari et moi avons toujours travaille et il se retrouve en liquidation a cause de l augmentation faramineuse du rsi qu il ne parvient plus a payer. L etat est endette et fait casquer les TPE et PME qui creent pourtant de l emploi. Donc moi aussi je suis en colere. Mon mari jete l eponge et nous entamons les demarches pour le dossier de surendettement, demande de rsa puisque pas de chomage et cmu puisque plus de couverture sociale pour monsieur. Voila a quoi nous en sommes reduits…nous sommes des travailleurs pauvres, je crois

          Répondre
    11. Monty
      Publié dans 20 décembre 2015 le 10:50

      J’aime beaucoup cet article parce que ce problème touche la plupart des gens en ce moment ! Je pense qu’il faut éviter de s’endetter si l’on a encore des solutions. C’est pour cette raison que j’encourage les gens à trouver un bon plan pour gagne un complément de revenu avec le conseil de David de Gagnersonargent

      Répondre
    12. Cédric
      Publié dans 23 février 2016 le 06:53

      Je suis passé par le surendettement, et moi aussi, j’ai dû me résoudre a monter un dossier à la Banque de France. Ce n’etait pas ma faute, je n’avais aucun crédit, c’est juste que je me suis retrouvé en fin de droits a Pole-Emploi et donc devant me contenter de 500 € pour vivre…un scandale dans un pays comme la France !

      Ce qui est le plus injuste, c’est que, maintenant que j’ai retrouvé un emploi et que j’ai résolu mes dettes de loyer, la Banque de France refuse de me radier du FICP car elle estime que je devrais rembourser tous mes créanciers pour cela…a quoi ça sert qu’elle ai effacé mes dettes alors si elles ne sont pas vraiment effacées ???

      Répondre
    13. roxane
      Publié dans 1 avril 2016 le 16:30

      J’ai moi aussi connu le surendettement dû aux aléas de la vie : difficulté a remboursé un crédit, le mari qui quitte le domicile conjugal me laissant seule avec mes 2 filles et la chute libre : Je me suis retrouvée au rsa et l’incapacité de payé son crédit, ses loyers…. On attend que ça s’arrange mais non ! C’est l’engrenage ! Multiples appels des créanciers sans parler des courriers et des visites à domicile avec commandement à payer, injonction au tribunal (pour loyers impayés)… L’enfer !
      Je me suis résolue à monter 1 dossier à la BDF et après 1 parcours du combattant toutes mes dettes d’un montant de 23000 E ont été effacées (entre le dépôt à la BDF et le tribunal pour 1 PRP sans LJ cela a mis 7 mois). Je revis. Le combat est dur mais ça en vaut la chandelle alors courage à ceux qui ne voient aucune issue, déposer 1 dossier à la BDF , ils sont la pour vous aider et ne vous jugent nullement.

      Répondre
    14. Sylvie Courbon
      Publié dans 24 avril 2016 le 19:18

      Bonjour, je viens de lire tous ces commentaires et je me décide enfin à poster le mieux pour trouver je l’espère un peu de soutien. En 2005, j ai acheter un studio en LMNP(loueur meublé non professionnel) ceci afin de préparer ma retraite mais aussi pour laisser un petit quelque chose à mes enfants quand mon heure sera venue de les quitter.Ce bien était censé me rapporter des loyers trimestriels mais très vite, l’affaire s’est avérée frauduleuse puisque nous avons eu à faire à des spécialistes de l’escroquerie immobilière ( je dis car nous sommes 57 personnes dans la même situation).A l’époque, la banque m’a accordé un prêt de 104000 euros alors que j’étais seul emprunteur avec un revenu de 900 euros par mois, je vous laisse calculer le taux d’endettement.Les loyers que je devais toucher devaient se gréffer à la TVA qui m’a été rembourser pour l’achat de ce type de produit et était censé autofinancer mon crédit. Cependant, très rapidement plus de loyers donc début des problèmes d’impayés.Ma très admirable banque a biensur commencer à me menacer par courrier et n’a pas hésité à faire intervenir ces pourris que l’on nomme Huissiers. J ai donc été obligé de déposer un dossier en surendettement jugé recevable.On m’a laissé 18 mois pour vendre mon bien et j ai dû verser 90 par mois à la banque. Le soucis, s’est que j’essaye en vain de le vendre mais que ce n’est pas un produit classique puisqu’il est rattaché à un bail commercial. Résultat, fin du délai accordé et situation toujours aussi dramatique. Redépôt d un nouveau dossier mais cette fois 377 euros par mois à rendre et bien sur délai pour vente du studio. J ai un revenu de 1600 euros par mois , je suis seule avec 2 enfants dont une fille de 19 ans qui souhaite continuer ses études.La situation dure depuis déja 5ans et je ne vois pas comment je vais faire pour m en sortir. Le pire ds tout ça, c’est que la banque est en grande partie responsable de mon endettement, que j’ai beau essayer de l’expliquer et bien tout le monde s’en contre fiche, il faut que je paie un point c’est tout. Je ne sais plus comment faire face, je suis désespérée et écoeuré de ce système ou seul les pourris et l’argent compte. Par contre on nous parle tous les jours de tous nos chers politiciens qui oublient de payer la cantine de leurs enfants ou leurs impôts car ils ont la phobie de l’administration LOL….et à tous ces gens ont leur fait quoi? poutant ils sont solvables il me semble…Bon et bien voilà, un aperçu de ma situation, je ne sais pas si cela sert à quelque chose mais au moins le fait d’en parler avec des gens qui sont comme moi, m’a fait du bien.

      Sylvie

      Répondre